Casablanca Design Week | Édito
14574
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-14574,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
P

rofession de foi

Économie créative: le constat

Depuis quelques années, de nouveaux concepts occupent le devant de la scène : tendances durables, intelligence territoriale et économie créative. Ces concepts permettent aux individus de s’approprier leur propre processus de développement en intégrant des approches basées sur leurs besoins et sur la réalité du terrain.

Poussée par la puissance de l’imagination mais aussi par les dynamiques de l’innovation sociale, l’économie créative prospère grâce aux forces collectives. Elle étend son modèle d’affaires et se trouve aujourd’hui en mesure de bousculer les rapports sociaux de production et de reproduction. Elle donne même naissance à une classe créative qui cherche à trouver une nouvelle grille d’interprétation des mutations actuelles, et revendique de plus en plus une influence que les industries peinent encore à reconnaître.  L’économie créative se fait clairement une place au Maroc.

De nos jours, nous sommes témoins de la mobilisation constante des différents acteurs culturels qui militent en faveur de la valorisation des métiers créatifs.

Nous vivons, depuis quelques années, une période remuante dans la formation d’une communauté créative, dans l’émergence de nouveaux concepts de création, dans l’engagement des associations ainsi que l’avènement de festivals et d’événements culturels. Dans cette même optique, la CGEM a lancé des discussions autour de l’économie créative en vue de lui consacrer une chambre indépendante. Cette tendance se retrouve même au sommet de l’Etat lorsque des événements s’organisent sous le haut patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

Néanmoins, nous constatons à la fois un manque de cohésion et une absence de canaux de communication qui empêchent la communauté créative d’exister réellement. Les efforts fournis par les différents acteurs séparément se heurtent incessamment à la timidité dont font preuve les pouvoirs publics et certains intervenants sur la scène culturelle ; d’où la nécessité absolue d’une convergence de tous les courants qui animent ce domaine.

Notre souhait est de contribuer à l’émergence d’un Maroc où le libre accès à la culture permet à chacun, d’être acteur de développements humain, économique et social. Nous pensons que c’est ici et maintenant que ce mouvement s’opère. Nous souhaitons participer à la création du contexte et de l’atmosphère de renouveau afin de construire ensemble des espaces de partage, de réflexion, d’expérimentation, de création et d’innovation.

Design et héritage culturel : ensemble pour l’émergence de l’économie créative

Associé à l’univers occidental, en opposition avec l’univers artisanal, le design marocain puise dans notre héritage les outils de son émancipation. Notre quotidien confond divers filons d’influence, et nous ressentons de plus en plus le besoin de faire resurgir notre identité marocaine.

Le designer est au coeur de la création et de la production, de l’idée à la réalisation. Il est l’intermédiaire entre l’industrie et l’artisanat. Sa réflexion se fonde sur une multitude de facteurs : sociaux, écologiques, utilitaires, anthropologiques, philosophiques, économiques, industriels ou encore spirituels …. Cette profession connaît de considérables mutations des pratiques classiques, en allant d’un design industriel ou de produit à un design de communication ou de services. Sans compter le design-thinking, nouvelle façon d’aborder, de concevoir, et de conduire des projets d’innovation technologique, artistique ou sociale.

Casablanca Design Week

A partir de ce contexte, notre vision et nos objectifs sont la démocratisation du design et de la conception.  Nous pensons que la Casablanca Design week sera une initiative louable où les différents maillons des chaînes de conception et de production pourront se rencontrer, se confronter, expérimenter, partager et construire des projets ensemble.

Cette première édition veut mettre en lumière cet écosystème dans lequel la communauté créative évolue avec  son passé, ses rouages et ses limites, tout en créant des espaces d’interaction et d’action. Notre intention est de créer une plateforme (un espace) de questionnement et d’échange sous forme d’un socle commun de solidarité et de partage pour que les designers puissent conjuguer communion avec homogénéité.

QUESTION THÉMATIQUE

Le thème de cette édition est : Qu’est ce qu’on conçoit ?

Si cette question paraît de prime abord générique et vague, elle sert de fondement à un état des lieux du design au Maroc. Elle nous envoie vers le passé qu’on a envie de questionner: Qu’a-t-on conçu? Pourquoi l’a-t-on conçu? Qui l’a conçu ? Et vers le futur évidemment : Qu’a-t-on envie de transformer ? Comment le design permet-il de penser l’avenir?